Révéler les talents, La presse en parle, Sauver les élèves

Le collège unique, plaie ouverte de notre système éducatif

10-10-2009 06:58

A l’heure où fréquemment, des études témoignent de la faiblesse du niveau scolaire des collégiens français vis-à-vis de leurs homologues européens, la contestation à l’égard de la réforme Haby, qui a instauré le collège unique en 1975, trouve une certaine légitimité. Cette réforme, de tout temps source de polémique, avait pour objectif d’assurer pour tous les élèves un même bagage de connaissances dans les mêmes disciplines. Fini les classes de niveaux, bonjour les classes hétérogènes ! Pis, le collège unique a sur le dos la responsabilité non seulement de l’uniformisation des connaissances scolaires des collégiens mais également de notre société toute entière. Uniformiser les programmes et donc les connaissances n’est jamais souhaitable dans une société, en quête de diversité et de multiculturalisme.

Le système d’options ou d’emploi du temps à la carte avec un nombre très restreint de matières obligatoires, qui a prouvé son efficacité aux Etats-Unis d’Amérique, assure un très large choix de disciplines potentiellement enseignées qui correspondent aux goûts de chacun. A l’âge de 13-14 si ce n’est 11-12 ans, les préférences d’un élève pour telle ou telle thématique sont d’ores et déjà tranchées. Une vocation peut d’ailleurs s’être ouverte chez un élève (poterie, danse, sport, journalisme, cuisine, jardinage etc...) qui, plus tôt ses connaissances progresseront dans son domaine de prédilection, plus ses compétences dans son métier seront riches, et ne sera pas ainsi contraint de rattraper le retard accumulé au collège par un travail soutenu et acharné en école supérieure ou en apprentissage.

Autre aspect néfaste du collège unique, l’hétérogénéité des classes, présentée par les défenseurs du collège unique comme "mixité des niveaux". Cette mixité ne profite à personne. Ni aux bons élèves, handicapés par des camarades de classe présentant de grosses lacunes et qui nécessitent une plus longue explication des notions étudiées en cours ; ni aux mauvais élèves qui ne suivent pas la cadence imposée par les élèves disposant de plus facilité.

Pis, l’hétérogénéité des classes crée une insupportable inégalité entre les classes populaires et supérieures : dans l’impossibilité de sélectionner son établissement en raison de la carte scolaire, les bons élèves issus des classes aisées se rendent au collège privé, tandis que les bons élèves dont les moyens ne permettent pas l’inscription à un établissement privé, stagnent au sein de collèges public dont le niveau est incompatible avec l’épanouissement et la progression sereine d’un élève possédant certaines capacités.

par Alex Joubert, collégien, 14 ans, auteur du blog lenouvelhebdo.com

Catégorie: Révéler les talents, La presse en parle, Sauver les élèves

publish in twitterbookmark at del.icio.usbookmark at digg.combookmark at furl.netbookmark at spurl.netbookmark at technorati.combookmark at google.combookmark at yahoo.combookmark at facebook.com


Calendrier

October 2009
L M M J V S D
« Jul   Nov »
 1234
506070891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Dernières publications

Liens